Le spectacle s’ouvre sur cette chanson. Nous sommes dans la tête du personnage de Louis. Ce dernier rêve constamment et a tendance à embellir la vérité.

À travers un livre d’histoire, les personnages lisent, un à un, sur la disparition de certaines espèces.

Jeff, un comédien roulant sa bosse à Montréal, a été pressenti pour faire la mise en scène du spectacle de la communauté de Boomfield. Ici, on l’entend dans une publicité de brosse pour toilette.

Justine tente d’entrer en contact avec sa fille. Elle lui raconte comment elle voyait l’avenir de sa région quand elle avait son âge.

Dans la salle du fond du club vidéo, des mineurs mettent un peu de pression sur Louis afin que celui-ci s’engage auprès de la compagnie.

Malade, la mère de Louis n’a plus la force et le courage de se battre contre la maladie.

Dans la salle du fond du club vidéo, des mineurs mettent un peu de pression sur Louis afin que celui-ci s’engage auprès de la compagnie.

Justine tente de convaincre la communauté de s’investir à l’intérieur de son projet de théâtre.

Jeff est au milieu de nul part et a perdu tout son optimisme.

Lors d’une première répétition, les esprits s’échauffent.

À la suite de l’hospitalisation de sa mère, Louis se retrouve seul à la maison.

Jeff est en panne d’inspiration. Il se rend chez Denise, une artiste en art visuel, avec l’espoir d’y trouver de nouvelles idées.

Lors d’une dispute, Mégane tente de faire valoir son point de vue à sa mère...

Jeff résume le début de l’histoire de la région à la troupe.

Découragée et frustrée de ne pas être entendue, Justine parle des combats qu’elle doit mener seule.

Atteinte de nouveau par un infarctus et en attendant l’avion qui la mènera à Montréal pour se faire opérer, la mère de Louis lui demande de la faire rêver une dernière fois.

Mégane se réconcilie avec sa mère.

Malgré les échecs, l’histoire se poursuit et la communauté a trouvé un autre moyen de valoriser l’industrie touristique.